Biographie

Alifair a 10 ans, Alifair c’est un projet musical mais surtout, Alifair c’est un duo.
Une guitare et une voix se sont rencontrées il y a 10 ans, et chaque idée, chaque chanson, chaque album commence et recommence comme ça depuis : par leur rencontre.

photo alifair

Photo: Julie de Waroquier

Alifair – alifère (adj) : pourvu d’ailes

De leurs multiples rencontres, Jean Pascal et Aurore ont appris à canaliser leurs envies personnelles, leurs curiosités respectives afin de donner une cohérence à Alifair. Ils ont chacun leur façon de s’exprimer, l’un par son instrument, l’autre par sa voix, ses mots, mais leurs deux dialectes se mêlent et vont dans le même sens pour créer le langage d’Alifair.

Et de quoi parle Alifair ? De tout, de rien, de poésie… leurs chansons ont chacune une façon particulière de parler de la beauté, de la laideur , de l’absurdité du monde humain, de la magie de la nature, des êtres qui peuplent l’imaginaire. Alifair parle de l’espoir, de la peur… de l’amour.

Repérés il y a 10 ans par Didier Varrod, invités plusieurs fois sur France Inter, Alifair a roulé sa bosse durant de nombreuses dates et prestigieuses premières parties (Yaël Naïm, Emilie Simon, Emilie Loizeau, Daphné…) tout en sortant quatre beaux albums, deux DVD Live ainsi qu’un spectacle musical pour enfants.

Discret mais toujours présent, le duo n’a pas encore épuisé son inspiration, bien au contraire, les projets se suivent, se concrétisent et rencontrent toujours un beau succès, on dirait même qu’avec leur dernier album « La Lettre Vent », le groupe qui « porte des ailes » est prêt à se laisser porter…

Aurore Reichert

Aurore chante depuis toute petite et dès l’âge de 15 ans cette autodidacte gratouille sa basse, sa guitare et son papier. En 2000, son premier groupe (avec son père à la guitare), enregistre une maquette au Studio Amper, fief de Jean Pascal Boffo. La rencontre est décisive : le projet Alifair démarre en avril 2001. Parallèlement, Aurore collabore avec d’autres artistes (Eric Goubert, Romain Frati…) et apparaît dans d’autres groupes (Adissabeba, Cinéstézic etc.). Aujourd’hui elle partage sa vie artistique entre Alifair, L’oiseau Feuillu (spectacle pour enfants), MiraCétii (projet solo), et les ateliers de chant qu’elle anime depuis quelques années.

Jean Pascal Boffo

Guitariste aux multiples collaborations (sur une trentaine de disques, entre autres avec Christian Decamps du groupe ANGE), co-fondateur du groupe Alifair, ingénieur du son (studio Amper), Jean Pascal Boffo livre régulièrement des albums solo (premier artiste signé en 1986 sur le label Muséa) dont l’une des caractéristiques les plus marquantes est de ne jamais ressembler au précédent: l’artiste est un explorateur qui ne revient jamais sur ses pas. Depuis plus de dix ans, « Invizible » (extrait de son 7ème album « Parfum d’étoiles ») a été choisi par Serge Levaillant pour servir de générique à son émission radio sur France-Inter « Sous Les Etoiles Exactement ».

Nouvel album : La Lettre Vent

La Lettre-VentEn ce début d’année 2011, poussé par le besoin de composer, d’agrandir le monde sonore et imaginaire d’Alifair, le duo a eu besoin de se mettre à l’écart et de voir se qui pourrait découler d’une nouvelle rencontre. Et comme à chaque fois, les notes et les mots se sont liés avec évidence et simplicité, et pour cause : un album entier en a émergé en 12 jours à raison… d’une chanson par jour !

Spontané, généreux, simple et doux, voilà ce qu’il se dégage de cet album… un album composé le temps d’un souffle, inspiré par le vent, exprimé pour le vent : le vent des choses, cette force invisible qui meut (et qui émeut), le vent de l’amour qui nous fait respirer, le vent de la révolte qui soulève les foules ou encore le vent intérieur qu’on appelle l’inspiration.

Et comme le vent amène toutes sortes de choses avec lui, ces chansons en duo ont amené dans leurs volutes des suggestions d’ambiances et de couleurs sonores, et donc très vite aussi l’envie de collaborer avec de nombreux musiciens qui ont leur souffle propre.

C’est ainsi que l’album est un tourbillon de couleurs : la douceur mélancolique d’un quatuor à cordes, la folie ardente du saxophone, la chaleur espiègle du violon, la rondeur puissante de la basse et la force contenue et parfois explosive de la batterie.

« La lettre Vent » est un alphabet mystérieux où le vent se décline en lui-même : changeant, invisible, inattendu…. « La lettre Vent » s’inscrit, se réécrit, devient l’être, le mot, la phrase, la poésie. Cet album n’est pourtant pas vide ou superficiel, il est aussi troublant que le vide des nuages ou le blanc de la neige : à la fois léger et grave, simple et complexe.